Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'origine de la vie!

1 Mars 2012 , Rédigé par MICHEL NDOEDJE

 

Apparition de la vie sur terre

D’où vient l’être humain ? Comment est apparue la vie sur terre ? Et l’Univers, qui l’a fabriqué ? Comment ? Ces questions, l’homme se les pose depuis la nuit des temps et faute d’y trouver des réponses, le mystère de l’apparition de la vie sur terre est resté un phénomène inconnu et mystique, attribué à une puissante force surnaturelle ou divine.

Toutes (ou presque) les religions fournissent leur explication sur la création de l’univers. La plus célèbre est commune aux trois grandes religions que sont le judaïsme, le christianisme et l’islam. C’est l’histoire d’Adam et Eve, les premiers humains de l’histoire, créés de toutes pièces par Dieu. Cette façon de voir les choses est appelée « la théorie de la création » ou créationnisme.

Il y a 150 ans, un biologiste britannique du nom de Charles Robert Darwin va enfin apporter une réponse crédible au problème… puisque prouvée. Il s’appuie sur les différents fossiles récoltés durant ses lointains voyages pour affirmer que l’homme n’est pas une création divine mais le résultat d’une très lente évolution. Il y a 3,5 milliards d’année, une cellule apparaît dans les océans primitifs de la toute nouvelle planète terre. Au fil des millénaires, cette microscopique cellule va s’adapter à son environnement et progressivement évoluer (ou muter génétiquement). La cellule devient une algue, puis une mousse, une plante à graines, un champignon, une méduse, une anémone, une araignée, un scorpion, un crustacé, un insecte, un poisson, une tortue, un lézard, un crocodile, une dinosaure, un oiseau et enfin… un mammifère, donc nous. Cette approche scientifique de la question est appelée « la théorie de l’évolution » ou évolutionnisme. Elle est aussi surnommée « darwinisme » ou « théorie de Darwin ».

Dès la publication des premiers ouvrages de M. Darwin, l’église s’oppose violemment à cette théorie de l’évolution. Pour elle, l’histoire d’Adam et Eve décrite dans les Saintes Ecritures est à prendre au pied de la lettre. Dieu a créé l’univers et tout ce qu’il contient en 6 jours et il n’y est pas question d’évolution. De plus, Dieu a créé l’homme « à son image », l’être humain ne peut ainsi pas descendre du singe… ou pire, d’une cellule.

Aujourd’hui, le monde scientifique s’accorde à penser que Darwin avait raison et la théorie créationniste (Adam et Eve) a été retirée de (presque) tous les manuels scolaires de biologie. Mais aux Etats-Unis par exemple, certains chrétiens extrémistes réclament que les deux théories, darwinistes et créationnistes, continuent à être enseignées à l’école.

 

  Que pensent les religions de la théorie de l’évolution ?

Au milieu du 19e siècle, Darwin, pourtant fils de pasteur, a provoqué une véritable polémique. L’église lui reprochait de remettre en question la nature même de l’homme et de renier Dieu.

En 1950, le pape Pie XII affirmait que les savants devaient se tenir « prêts à se soumettre au jugement de l’Eglise, à qui le Christ a confié le mandat d’interpréter les Ecritures. » Toujours selon Pie XII, l’homme avait été créé tel quel « premier père de tous les hommes ». Il réaffirme encore ses positions dans une allocution six ans plus tard : « La série des textes de l’Ecriture a le pas sur le système scientifique… C’est la science qui doit se conformer à la Révélation, et non l’inverse. » En clair : la science ne peut qu’appuyer les textes sacrés, mais en aucun cas les contester ; une menace directe aux partisans de la théorie darwiniste de l’évolution et aujourd’hui, le débat semble se tasser. En règle générale, toutes les grandes religions s’accordent à penser que la théorie de Darwin constitue l’explication la plus crédible. Ainsi, pour le pape Jean-Paul II, l’Ancien Testament ne doit pas se lire au premier degré et la théorie de Charles Darwin est « plus qu’une hypothèse » (selon ses propres termes, en 1966).

Pourtant, certains religieux radicaux, notamment du mouvement protestant dit « évangélique » (que l’on retrouve surtout aux Etats-Unis), continuent à penser que Dieu a créé l’humanité et que la théorie de Darwin n’est donc qu’une fraude. Pour eux, la Bible a plus d’autorité que la science ; les méthodes scientifiques qui permettent de dater l’âge de la terre n’ont aucune valeur ; le Big Bang n’a jamais eu lieu ; les animaux et les êtres humains ont été créés le même jour (24 heures) ; la planète Terre n’a que 6000 ans (alors que la communauté scientifique internationale estime l’âge de la Terre à 4,5 milliards d’années).

En 1987, la « théorie de la création » a été retirée de tous les manuels scolaires de biologie, qui aujourd’hui ne présentent plus que la théorie scientifique de Darwin. Mais aux Etats-Unis, la frange la plus radicale de ces nouveaux protestants évangéliques milite pour une réintroduction de l’histoire d’Adam et Eve dans les cours de biologie. Ce mouvement évangélique, très fortement représenté outre-Atlantique, est minoritaire en Europe, quoiqu’en très forte expansion.

 

  Comment et pourquoi ont évolué les espèces ?

L’un des meilleurs exemples de cette évolution est la main humaine. Il y a 410 millions d’années, ce qui deviendra l’ancêtre de notre main apparaît dans les Océans de la jeune planète terre. Un gros poisson plutôt laid, le coelacanthe, dispose de nageoires osseuses qui ressemblent à des membres… ou des pattes. Ainsi, ce poisson, qui n’a pas disparu, reste pour les scientifiques, un exemple vivant du processus d’évolution qui a conduit à l’apparition des premières pattes… mais nous n’y sommes pas encore.

Il y a 360 millions d’années, l’évolution conduit les formes primitives de vie à sortir des Océans. Les vertébrés aquatiques deviennent terrestres et apparaissent, avec eux, la première forme de « main ». L’ichtyostega », une salamandre géante, pouvait atteindre la longueur d’un mètre. Ses deux pattes antérieures se terminaient par les premiers vrais doigts de l’histoire… mais ils étaient au nombre de sept !

Il y a 290 millions d’années, les premiers reptiles, tel que le petrolacosaurus, possèdent les premières mains… à cinq doigts. Ancêtres des dinosaures, des oiseaux et des mammifères, cela explique pourquoi tous ceux-là eurent, ou ont encore, cinq doigts.

Le premier mammifère apparaît 80 millions d’années plus tard. Les premiers d’entre eux, comme le Megazostrodon par exemple, apparaissent en même temps que les dinosaures, il y a 210 millions d’années. A partir de là, les monstrueux dinosaures vont dominer la terre entière, sans partage durant 155 millions d’années. Les mammifères, victimes de beaucoup ces dangereux prédateurs, n’ont plus assez de place et n’évoluent plus de la même manière.

Il y a 65 millions d’années, les dinosaures disparaissent pour une raison qui demeure inexpliquée. Les mammifères survivants, libérés de cette inquiétante domination, rayonnent enfin. Ils évoluent en colonisant de nouveaux espaces ; sous l’eau, leur main (re)devient nageoire – c’est le cas du dauphin ; dans l’air, elle se transforme en aile – comme la chauve-souris et s’adapte même aux déplacements du mammifère, comme par exemple le sabot du cheval.

Il y a 25 millions d’années, un petit détail va tout changer. Le premier doigt de la main devient un pouce, opposé aux quatre autres doigts. L’un des premiers hominoïdes, le proconsul, s’en sert pour manipuler des objets avec une seule main. S’il ressemble aux grands singes d’aujourd’hui, tels que les gorilles ou les orangs-outans, certains détails le rapprochent de l’homme : il n’a plus de queue, sa dentition ressemble à la nôtre et son cerveau s’est considérablement développé.

20 millions d’années plus tard, le proconsul s’est relevé et marche sur ses deux pieds. Cette position verticale libère totalement ses deux mains, durant les déplacements notamment.

Les Hommes habiles, ou « Homo habilis » fabriquent leurs premiers outils de leurs mains il y a 2,5 millions d’années, sur le continent africain. Leur capacité à confectionner ces objets atteste d’une forme d’intelligence qui leur assure la maîtrise de gestes complexes ; on les considère ainsi les premiers représentants de la lignée humaine.

500'000 ans s’écoulent. L’Homo erectus possède un cerveau toujours plus gros… et une main toujours plus habiles. Son visage a changé : ses mâchoires sont plus petites tandis que sa capacité crânienne a augmenté.

L’évolution de la lignée humaine s’accélère et le premier Homme moderne apparaît il y a 150'000 ans. Plus que des outils, cet homme-là travaille désormais la pierre, le bronze et le fer ou le bois de renne. Mieux : il cultive la terre, invente l’écriture et regroupe les populations en villages, puis en villes. Sa main obéit à un cerveau toujours plus complexe.

L’étendue de cette diversité, nous la devons largement aux caprices de la physique ; catastrophes naturelles, bouleversements climatiques, dérive des continents, etc. Aujourd’hui encore, l’intervention humaine joue un rôle majeur dans l’évolution des espèces, conduisant des groupes entiers à leur extinction pure et simple ou, au contraire, en favorisant la diversité de nouveaux groupes.

 La théorie de l'évolution n’étudie pas uniquement le passé : elle permet aussi d’envisager l’avenir : à quoi ressemblera, par exemple, l’être humain et quels animaux le côtoieront dans 200 ans, 2000 ans ou 2 millions d’années… si la planète terre existe encore.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Clovis Simard 21/06/2012 12:43

blog(fermaton.over-blog.com),No-27. - THÉORÈME ÂGE4. - Âge limite de l'Humain.